image
image
image
image

image

20 mars 2017
 Belle mobilisation pour dire non au renvoi d’un réfugié

Cinquante selon la police, cent cinquante selon les organisateurs. Le nombre de participants à la marche de soutien en faveur de l’Érythréen Habtom Girmay, samedi matin à Delémont, se situe entre ces deux estimations.


Banderoles et panneaux en tête, les manifestants ont rallié la place de la Gare à la prison de Delémont. PHOTO ROGER MEIER

Avant-hier, à 11 h, à peu près une centaine de Jurassiens, femmes et hommes, jeunes et vieux, se sont rassemblés sur la place de la Gare. Ils étaient là pour donner de leur voix de simples citoyens contre l’expulsion du requérant d’asile Habtom Girmay par vol spécial vers l’Italie.
Armée de son mégaphone, Caroline Meijers, la présidente du Mouvement jurassien de soutien aux sans-papiers et migrants (MJ S SP), a harangué les manifestants. « Trump veut construire un mur contre le Mexique. La Hongrie bâtit un mur contre les migrants rescapés de Méditerranée. Nous, en Suisse, nous avons un mur invisible qui s’appelle Accords de Dublin », accuse-t-elle.
L’année dernière, ces accords appliqués avec zèle ont permis d’expulser 19 316 personnes — dont 40 pour le Jura — hors des frontières vers leur pays d’entrée en Europe, principalement la Péninsule transalpine. « Or la Suisse a les moyens d’accueillir dignement ces réfugiés, tandis que l’Italie croule sous l’afflux. C’est absurde ! » dénonce la citoyenne d’Undervelier.
Habtom Girmay est né il y a 29 ans au Soudan, dans un camp de réfugiés érythréens. Comme des millions de ses compatriotes, ses parents paysans ont fui la guerre et le régime dictatorial d’Asmara, où violences et tortures sont monnaie courante.






image

  
Mouvement jurassien de soutien aux sans-papiers  |   sans-papiers-ju@bluewin.ch  |   Dernière mise à jour: le 31 mai 2017

Site réalisé avec le CMS  logiciel libre sous licence GPL  |  webmestresse  |   
  visites