image
image
image
image

image

30 mai 2017
 Un appel pour décrier l’application aveugle des renvois Dublin

Plusieurs collectifs se sont réunis hier à Delémont pour lancer l’appel « contre l’application aveugle du règlement Dublin ». L’appel a déjà été relayé dans les cantons de Vaud et de Genève.


Parmi les lanceurs de l’appel figurent Caroline Meijers du Mouvement jurassien de soutien aux sans-papiers et migrants, Hubert Godat, président d’Amnesty International pour le Jura et le Jura bernois, et Hansjôrg Ernst, député écologiste, de g. à dr.

C’est chose faite dans le Jura, avec à la manœuvre le Mouvement jurassien de soutien aux sans-papiers et migrants (MJSSP) et l’antenne du Jura et du Jura bernois d’Amnesty international. Les Verts jurassiens, le CS-POP, Caritas Jura, Unia, le Syndicat des services publics Région Jura et l’Union syndicale jurassienne sont en appui. « La Suisse fait preuve d’une lecture très étroite et très égoïste de ces accords en négligeant souvent la clause de l’article 17 qui permet officiellement aux États de traiter avec égard et compassion les situations les plus fragiles qui concernent en particulier les enfants, les familles et les personnes malades », relève Hubert Godat, président de l’antenne régionale d’Amnesty. « Le pays le plus riche d’Europe est le meilleur élève pour les renvois de cas Dublin dans des pays qui sont en grande difficulté économique », dénonce de son côté le député écologiste Hansjôrg Ernst. Une intervention parlementaire est à l’étude.
Pour rappel, le règlement Dublin permet à la Suisse de renvoyer des requérants d’asile dans le premier pays de l’Union européenne où ils se sont signalés. En Suisse, les décisions de renvois sont prises par le Secrétariat d’État aux migrations. Le canton à une compétence limitée à l’exécution des renvois. L’an dernier, le Jura a procédé à 40 renvois Dublin. « Les gens sont le plus souvent renvoyés en Italie qui est complètement débordée par les migrants qui se retrouvent dans des situations contraires aux droits humains », lance Caroline Meijers du MJSSP.
« Scandalisés »
Les lanceurs de l’appel dénoncent aussi la manière de certains renvois. « C’est la première fois en 15 ans que nous existons qu’une personne a été interpellée par la police en se rendant au Service de la population alors qu’elle souhaitait toucher son aide d’urgence. Nous sommes scandalisés », reprend Caroline Meijers. D’autres cas sont évoqués, notamment celui de femmes syriennes en situation de détresse totale pourtant sous la menace d’un renvoi.
L’appel peut être signé en ligne sur le site www.sanspapiers-jura.ch. Concrètement, il demande au Conseil fédéral d’utiliser toutes les possibilités offertes par l’art. 17 al.1 du Règlement Dublin ainsi qu’au Gouvernement jurassien et aux autres exécutifs cantonaux de ne pas procéder aux renvois que des motifs humanitaires ou de compassion permettent d’éviter. Amnesty et le MJSSP mettent sur pied une conférence publique le 8 juin à 20 h au Centre Saint-François à Delémont. Denise Graf d’Amnesty International, spécialiste de ces questions, sera l’oratrice de la soirée. JAC






image

  
Mouvement jurassien de soutien aux sans-papiers  |   sans-papiers-ju@bluewin.ch  |   Dernière mise à jour: le 31 mai 2017

Site réalisé avec le CMS  logiciel libre sous licence GPL  |  webmestresse  |   
  visites